Historique

L’association Sinigna Sigui est née en juin 2006. La première étape du projet fut de récolter des fonds afin de pouvoir acquérir le terrain et commencer la construction du centre à Ouagadougou en 2007.
Afin de mener à bien ce projet, l’association compte sur les adhésions annuelles, à hauteur de 16 euros par an, les dons privés et publics, ainsi que sur les subventions diverses qu’elle pourra récolter. En outre, l’association organise des journées et soirées africaines. Ces manifestations de soutien permettent à l’association de se faire connaître, de toucher un plus large public, et récolter des fonds nécessaires au bon avancement du projet.

¤ Une première soirée africaine a eu lieu le 18 novembre 2006, à la salle du Cep de Schiltigheim (67).

¤ Une deuxième journée et soirée africaine a eu lieu le 13 janvier 2007 à la salle du Baggersee à Illkirch-Graffenstaden (67). Au programme : cours et animations de danse et de percussions africaine, exposition d’art africain, dégustations de spécialités africaines, échanges culturels, etc.

¤ L’association a participé également, à la semaine de la danse, organisée par le SIUAPS (Service Inter Universitaire des Activités Physiques et Sportives), durant laquelle une soirée, le 02 avril 2007, a été entièrement dédiée à Sinigna Sigui. L’association a présenté un spectacle de danse africaine et de percussions, accompagné d’un spectacle de danse orientale.

¤ Le 3 juin 2007, l’association a tenu un stand pour la fête de quartier de l’Elsau (Strasbourg) afin de présenter son projet au public. La vente de produits artisanaux ramenés de Ouagadougou par la présidente de l’association lors de son voyage en Février 2007 a également permis de continuer la construction.

 

Par ailleurs, Delphine Ravel, membre actif de l’association, a réalisé une marche de 1200 km à travers la France, de mai à juillet 2007, afin de faire connaître l’association dans d’autres régions que l’Alsace, et de récolter des fonds nécessaires au budget de 2007. Près de 3500€ ont été rassemblés suite à cette marche.

¤ L’association a également assuré une animation le 7 juillet 2007 lors d’une journée en faveur d’une autre association œuvrant pour des personnes handicapées de Mulhouse (68), organisée par l’Alsacienne du Bâtiment, représentée par M. GERBER.

¤ Le 22 septembre 2007 a eu lieu une nouvelle journée de soutien pour notre association dans le village de Bossendorf. Cette manifestation a été rendue possible grâce à la gentillesse du Maire de Bossendorf qui a offert à l’association la salle ainsi que du matériel. Cet événement nous est particulier car il intervient juste à notre retour du Burkina Faso où nous avons pu constater ce que nos efforts antérieurs nous ont permis de faire jusqu’à présent, mais également l’ampleur du travail qu’il reste à accomplir.

¤ Le 21 décembre 2007, plusieurs membres de l’association ont tenu un stand au marché de Noël de Strasbourg, et ont également récolté de l’argent grâce à ventre d’artisanat. Cette journée a permis de toucher un plus large public.

¤ Le 26 janvier 2008, une nouvelle soirée de soutien en faveur de l’association a eu lieu à la salle du Baggersee à Illkirch-Graffenstaden.

¤ Le 24 mai 2008, une journée « Percu-Barbecue » a été organisée à l’étang de pêche d’Innenheim.

¤ Le 20 septembre 2008, le Maire de Bossendorf nous accueille à nouveau dans sa salle polyvalente pour dîner spectacle animé par Innocent Yapi (conteur africain) et ses accompagnateurs.

 

Les 11 et 12 octobre 2008, l’association est représentée au Salon des Associations de Strasbourg (Parc Expo du Wacken)

¤ Le 29 novembre 2008, Sinigna Sigui est présente et anime (percussions) une soirée de soutien à une autre association de solidarité (Association Maroc bienvenue chez nous)

¤ Le 21 décembre 2008, plusieurs membres de l’association ont tenu un stand au « Village du partage » par le biais du collectif Humanis (Place Kléber – Strasbourg).

¤ Le 24 janvier 2009 s’est déroulé une journée de solidarité avec au menu un stage de danse traditionnelle guinéenne ainsi qu’un repas africain à la salle du Baggersee.

¤ Le 9 mai 2009, l’association à eu la chance de pouvoir organiser une soirée dans la salle polyvalente de LAUW grâce à la générosité de cette commune.

¤ Le 6 juin 2009, Nous avons organisé un spectacle de fin d’année proposé par les élèves du cours de danse de Matou dans la salle du Baggersee en faveur de notre association.

¤ Le 11 juin 2009, Une journée de présentation de l’association à eu lieu à la paroisse de Kronenbourg. Un échange intéressant à eu lieu entre les enfants de la cité de Kronenbourg et la directrice du centre de Ouagadougou ainsi que la présidente de France.

 

¤ Le 11 juin 2009, Le bar strasbourgeois « le Korrigan » nous a proposé une soirée pour notre association dont les bénéfices des entées ont été reversés en faveur de notre projet.

¤ Le 27 juin 2009, une journée de soutien de l’association Sinigna Sigui et Fakala (association culturelle) a été organisé. C’est une soirée de fin d’année qui nous permet aussi de faire le point et de préparer les futures soirées.

¤ Le 14 novembre 2009, la commune de Lauw (68) nous accueille pour rendre compte de notre séjour à Ouagadougou (juillet/août) et de l’avancement des travaux de construction. Repas traditionnel, diaporama et ambiance musicale étaient au rendez-vous !

 

Durant toute la période de Noël, l’association est représentée sur les traditionnels « marchés de Noël » (vente d’artisanat, vin chaud) des villages de la Communauté Urbaine de Strasbourg ainsi qu’au Village du Partage (Place Kléber).

Le 16 janvier 2010 a eu lieu le 1er « Festi-Faso » (festival de musique solidaire) dans une grande salle strasbourgeoise regroupant quatre groupes bénévoles d’univers très variés.

A Ouagadougou

Du 23 février 2007 au 10 mars 2007, la présidente s’est rendue à Ouagadougou pour prendre les différents contacts sur place (terrain, construction du centre, partenaires…). Grande nouvelle : Elle est revenue avec … un terrain et de nombreux contacts et soutiens. Après les premières démarches administratives, la construction du centre a pu commencer !!!!
Vous pourrez voir en annexe D le terrain sur lequel est construit le centre d’accueil, ainsi que les informations concernant le voyage de la présidente.

 

En août 2007, plusieurs membres de l’association se sont rendus à Ouagadougou afin de poursuivre la construction du centre, débutée en mai 2007. Ce séjour nous a permis de continuer la construction du centre, et surtout d’apprendre et bien comprendre le fonctionnement du pays, de faire divers démarches administratives… enfin de concrétiser encore plus notre projet.

En décembre 2007, deux membres de l’association se sont rendus à Ouagadougou afin de continuer les différentes démarches auprès de la mairie et de l’action sociale de Ouagadougou, et suivre les travaux de construction du centre : le mur d’enceinte du centre et le portail, des WC extérieurs, un premier bâtiment comprenant un bureau et une remise destinée à stocker la nourriture. Un deuxième bâtiment comprenant les dortoirs, les sanitaires, la cuisine et le réfectoire, ont été construits durant l’année 2007.

¤ En juillet 2008, certains membres de l’association ainsi que la présidente se sont rendu de nouveau sur place, afin de poursuivre la construction du centre, avec l’espoir de le rendre fonctionnel d’ici l’été 2009. La construction est bien avancée, l’intégralité du gros-œuvre est terminé. Il reste désormais à finir les toitures, les fenêtres et les portes ainsi que les divers équipements.

¤ En février 2009, la présidente accompagne un groupe d’étudiants en formation de moniteur éducateur (IFCCAD) qui organise un voyage d’étude de 2 semaines à Ouagadougou avec comme projet de donner « un coup de main » pour le centre.

En août 2009, quasiment l’ensemble des membres de l’association se sont rendus au Burkina Faso pour la poursuite des travaux de construction et pour faire l’inauguration du centre par le Maire et les chefs coutumiers de Bogodogo (arrondissement de Ouagadougou).

En février 2010, la présidente s’est rendue à Ouaga dans le but de finaliser les travaux du centre (sanitaires à installer, carrelages et peintures, dalles en ciment). Le chantier touche « petit à petit » à sa fin…
Toutefois, nous restons humbles et sommes conscients que le fonctionnement en Afrique n’est de loin pas le même qu’en France, que les négociations sont souvent plus âpres, et que certaines étapes du projet peuvent prendre beaucoup plus de temps que prévu.